Sébastien Lemire, député d'Abitibi-Témiscamingue

Communiqué de presse
Pour diffusion immédiate

Le 44 avenue du lac, un immeuble jugé maintenant excédentaire par le gouvernement fédéral, devrait héberger les patients du futur centre de cancérologie

Alors que le bâtiment où était située l’Agence du Revenu du Canada, au 44 avenue du Lac, s’est libéré et se qualifie désormais de bien excédentaire pour le Conseil du trésor du Canada, le député bloquiste d’Abitibi-Témiscamingue, Sébastien Lemire, voit dans ce bâtiment un lieu propice, à proximité du centre de cancérologie, pour l’implantation d’un centre d’hébergement et de services connexes pour les patients du futur centre de cancérologie et leur famille.


À l’affut des développements entourant la vente de ce bâtiment et de l’intérêt de la Fondation hospitalière de Rouyn-Noranda pour en faire l’acquisition, le député d’Abitibi-Témiscamingue considère que le fédéral a le devoir de faciliter les choses afin que les édifices fédéraux excédentaires servent réellement aux besoins des citoyens qui les ont initialement financés. En se basant sur la valeur du marché, dans un contexte hautement spéculatif, le prix demandé pour l’achat est évalué à plus de 1 million de dollars, une somme trop importante pour qu’elle retourne bêtement à Ottawa.


« Notre argent doit demeurer en région et servir aux personnes de la région. Le prix demandé même s’il est question de prix du marché est beaucoup trop élevé et ne tient pas compte de l’apport des services offerts à la population. En ne démontrant pas de conciliation, le gouvernement fédéral obligerait la population à assumer la facture d’un bâtiment qu’elle a déjà payé. Sinon, ce seront les personnes malades elles-mêmes qui devront sortir leur portefeuille. C’est inadmissible, surtout dans un contexte où les patients doivent déjà se déplacer sur un grand territoire pour suivre des traitements. Notre population particulièrement vulnérable mérite du soutien et de la compassion », s’est exprimé M. Lemire.


Infrastructures fédérales En plus de soutenir la volonté d’utiliser un bâtiment excédentaire pour rendre des services essentiels à des personnes vulnérables, le député souhaite également souligner que, surtout dans un esprit de poursuite de la relance économique durable, il existe plusieurs projets régionaux qui méritent qu’on s’y attarde. « De nombreux projets ont été mis sur la glace ou réduits au cours des dernières années. Pour répondre à la pénurie de main-d’œuvre qui est criante en région, les gouvernements doivent investir dans la construction de logements pour l’attraction et la rétention de travailleurs en région, dans des infrastructures sportives complètes et adaptées comme un terrain de soccer synthétique couvert avec une piste d’athlétisme et des gymnases intérieurs. On doit aussi notamment penser à des projets structurants comme le carrefour de l’entrepreneuriat d’Amos, la mise en place d’un abattoir régional ou la construction d’une nouvelle piscine au Témiscamingue. Ce sont tous des projets qui mériteront, je l’espère, une considération du fédéral dans les prochaines années, parce que je n’accepte pas de voir notre argent sortir de notre région sans qu’elle puisse répondre aux nombreux besoins de notre population! » a conclu Sébastien Lemire.


À propos :


Pour Sébastien Lemire, être député c’est d’abord être à l’écoute des gens afin de porter, avec eux, leurs aspirations et d’adapter leur environnement aux réalités d’aujourd’hui. C’est avoir un leadership rassembleur et collaboratif sur les enjeux qui nous touchent et participer à développer un milieu de vie durable, vivant, humain et à notre image.


— 30 —

Source et information:


Marie-France Beaudry

Conseillère aux communications

Bureau de Sébastien Lemire

819 763-1915

Marie-France.Beaudry.302@parl.gc.ca

Suivez-moi